Master 2

Présentation aux JFHOD 2012 Année recherche et Master 2 : comment et pourquoi ?

 

Le mot « master » (ou « mastère ») désigne à la fois une formation universitaire et le diplôme obtenu au terme de cette formation. Cette formation s’effectue sur deux années, intitulées « Master 1 » (M1) et «Master 2 » (M2).
Le master s’obtient en validant des crédits (ECT) en fonction des Unités d’Enseignement (UE) suivies et des stages effectués en laboratoire de recherche.

 

 

Pour obtenir un niveau de M1
Les étudiants en médecine doivent valider, soit au cours des premières années de médecine (PCEM2 et DCEM1), soit au cours de l’internat :

  • le deuxième cycle des études de médecine (équivalent à 30 ECTS)
  • des UE pour un total minimum de 18 ECTS£. Les UE peuvent être suivies et validées indépendamment sur plusieurs années.
  • un stage de 2 mois en laboratoire (équivalent à 12 ECTS), mais les internes de spécialités peuvent bénéficier d’une équivalence pour le stage après avoir passé l'ECN.

 

 

Pour s’inscrire en M2
Il est nécessaire d’avoir validé un niveau M1.

Classiquement, le M2 s’effectue en un an, au moment de l’internat. L’année de M2 comporte cinq mois de cours (de septembre à janvier), suivi d’un stage de cinq mois à temps plein dans un laboratoire de recherche. Le stage de recherche donne lieu à la rédaction d’un mémoire, soutenu oralement en juin.

Les modalités pratiques peuvent varier selon les facultés.

 

 

Pourquoi faire un master ?
Un attrait pour la recherche
Le master permet de découvrir le monde de la recherche de l’intérieur : en s’intégrant pendant plusieurs mois au sein d’un laboratoire, en participant à la réalisation d’un projet de recherche. Le master est la première étape d’un cursus scientifique complémentaire du cursus médical. Il est indispensable pour s’inscrire en école doctorale et préparer une thèse.


La carrière hospitalo-universitaire
Vous voulez devenir PU-PH... Pas de doute, il faut faire un master ! Pour accéder aux postes universitaires (maître de conférence, puis professeur – mais il faudra alors plus qu’un master !), il est souvent demandé aux internes d’acquérir une formation scientifique complémentaire.


Une envie de formation complémentaire
Suivre un master permet d’acquérir/approfondir des connaissances théoriques (en plus de l’apprentissage pratique de la recherche). La thématique du master détermine le(s) domaine(s) des connaissances.


Les rencontres, la curiosité
Suivre un master peut aussi se décider au cours de l’internat au fil des rencontres : avec des médecins
impliqués dans des programmes de recherche, avec des chercheurs...
La curiosité est aussi (et surtout !) le moteur d’un projet de master : curiosité de nouveaux savoirs, envie de découvrir de l’intérieur le monde de la recherche...

 

 

Les questions à se poser pour planifier un master
Initialement, il est utile de multiplier les sources d’informations : internes plus anciens ou d’autres villes (ne pas hésiter à utiliser pour cela le réseau de l’AFIHGE et sa mailing liste), hospitalo-universitaires, chercheurs, sites internet des facultés...
Lorsque le projet est plus avancé (notamment lorsque la thématique est choisie, et l’équipe de recherche trouvée), l’équipe de recherche d’accueil accompagne (idéalement) l’interne dans ses dernières démarches : choix des enseignements, financements...

 


Prendre ou non une disponibilité ?
Prendre une disponibilité permet de se consacrer exclusivement au travail du M2 ; idéalement, la mise en disponibilité se fait sur une période de un an de novembre à novembre (il reste toutefois nécessaire de prévoir des aménagements pour le mois d’octobre précédant la disponibilité, car les cours commencent le plus souvent en octobre). Une mise en disponibilité nécessite d’avoir des ressources pour compenser l’absence de revenus.
Certains choisissent de réduire la disponibilité aux six mois d’hiver, en prévoyant des aménagements et une grosse charge de travail pour les mois où se chevauchent M2 et stage d’interne. Localement, certaines villes prévoient des postes aménagés pour faire de la recherche.
Enfin, certains internes poursuivent un M2 en parallèle des stages. Cela nécessite une faible charge de travail en stage, et la possibilité de s’absenter aussi bien des cours et du stage en laboratoire que du stage à l’hôpital.
Attention certains directeurs de Master 2 exigent la mise en disponibilité des internes sous peine de non validation. Renseignez-vous bien avant de vous inscrire !

 


Comment financer son master ?
La question du financement conditionne bien souvent la décision de suivre un master, mais surtout de la mise en disponibilité. Différents modes de financements existent.
- L’année-recherche
L’année recherche permet de préparer un Master 2 de science. Elle est délivrée sur dossier selon l’intérêt de votre projet de Master 2. Elle permet de bénéficier de votre salaire d’interne pour une durée de 1 an au cours d’un Master 2 de recherche.
Vous pouvez en bénéficier si :
o   Celle-ci est réalisée au plus tôt au début de la deuxième année et au plus tard avant le dernier stage d’internat.
o   Elle s’effectue pour une période continue comprise entre un 1er novembre et un 31 octobre.
o   Les internes sont mis en disponibilité par le CHU de rattachement.
o   Vous percevez une rémunération égale à la moyenne des émoluments alloués aux internes de 2ème et 3ème années ; vous avez la possibilité de prendre des gardes.
o   Les stages effectués au cours d’une année-recherche ne sont pas pris en compte dans les obligations de formation pratique prévues pour la validation du DES.

o   L’année-recherche est accomplie dans un laboratoire de recherche français agréé, reconnu par le contrat quadriennal université-ministère et participant à l’enseignement d’un diplôme d’études approfondies, d’un master de recherche ou bien préparant à la soutenance d’une thèse de doctorat ou dans un laboratoire étranger participant à une formation équivalente.
Renseignez-vous auprès des affaires médicales de votre CHU de rattachement pour connaître les modalités du dossier à fournir (CV, projet de recherche, lettre d’acceptation du directeur du laboratoire d’accueil,…).
- Les bourses
- Les ressources locales

Les laboratoires de recherche et les services hospitaliers peuvent avoir la possibilité de vous financer (via des contrats, des PHRC...). C’est pour cela qu’il ne faut surtout pas hésiter à aborder la question du financement avec votre chef de service ou le directeur du laboratoire d’accueil.
- Les financements autonomes
Lors d’une disponibilité, il est possible de palier au manque de salaire en effectuant des gardes dans les structures accueillant des internes (avec accord de la direction) ou en effectuant des remplacements dans des structures privées (avec une licence de remplacement ; pour les modalités d’obtention, se renseigner auprès du Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins). Cette solution, tout comme ne pas prendre de disponibilité, implique de ne pas consacrer tout son temps au master ; il est important d’en discuter avec les responsables du master, et le directeur de stage.

 

Masters :

Master 2 de pelvipérinéologie : pour plus d'informations, cliquez ici

Réagir


  • CAPTCHA

Calendrier

« Octobre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de A F I H G E