Appendicite

L’appendicite traduit une inflammation de l’appendice. Relativement fréquente, elle n’est pourtant pas toujours simple à diagnostiquer car les signes évocateurs de la maladie varient sensiblement d’un patient à l’autre. Quelles en sont les causes ? Comment en identifier les symptômes et comment la soigner ? Faisons le point.

L’appendicite, c’est quoi ?

L’appendice est une petite excroissance en forme de haricot se situant au début du gros intestin, à droite de l’abdomen. Parfois, cette partie de notre anatomie fait l’objet d’une inflammation soudaine : on parle d’appendicite. 

Le plus souvent, elle est provoquée par une obstruction de l’appendice par des matières fécales, du mucus, ou encore par un épaississement du tissu lymphoïde présent à cet endroit.

Dans de rares cas, elle peut aussi résulter d’une tumeur obstruant la base de l’appendice.

Les crises d’appendicites surviennent généralement entre l’âge de 10 à 30 ans, avec une légère prévalence chez l’homme. On considère qu’elle affecte environ 1 personne sur  15.

Appendicite, de quel côté  ?

Les douleurs de l’appendicite débutent généralement dans la fosse iliaque droite (en bas à droite de l’abdomen) mais peuvent être aussi ressenties autour du nombril, voire dans d’autres parties de l’abdomen dans le cas d’un appendice ectopique (appendice n’étant pas à sa position normale).

Quels sont les symptômes de l’appendicite ?

Contrairement aux idées reçues, une douleur vive sur le côté droit de l’abdomen n’est pas toujours le principal symptôme d’une appendicite. D’autres signes évocateurs doivent alerter :

  • vomissements
  • nausées
  • perte d’appétit
  • constipation
  • diarrhée
  • fièvre
  • douleurs vives et persistantes au niveau de l’abdomen et/ou du nombril

En présence de l’un ou plusieurs de ces symptômes, il est impératif de consulter rapidement un médecin. Plusieurs examens médicaux, comme un bilan sanguin ou urinaire, ou radiologiques (échographie, IRM, scanner…), permettent d’affirmer le diagnostic ou de détecter d’autres pathologies présentant une symptomatologie similaire.

Appendicite : péritonite et complications

Une appendicite doit être traitée rapidement sous peine de rupture de l’appendice. Cette situation est susceptible d’engendrer une péritonite (infection du péritoine : fine paroi entourant la cavité abdominale). Cette complication requiert une intervention chirurgicale urgente. Dans certains cas, la péritonite peut être fatale.

Comment soigner une appendicite ?

Lorsque le diagnostic de l’appendicite est posé, une intervention chirurgicale s’impose : c’est l’appendicectomie. Très courante, elle consiste en une extraction de l’appendice dans le but de prévenir de quelconques complications. Aujourd’hui réalisée via coelioscopie, elle ne nécessite qu’une hospitalisation de 2 à 3 jours lorsque les suites opératoires se déroulent normalement.

Souvent associée à l’enfance, l’appendicite peut néanmoins survenir à tout âge. Si elle semble bénigne en apparence, il est primordial de la diagnostiquer à temps afin d’éviter son évolution vers la péritonite. 

3 points clés à retenir sur l’appendicite

  • Inflammation de l’appendice
  • Sa principale complication est la péritonite
  • Elle se soigne par intervention chirurgicale.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.